ARTICLE SUR LES TRADUCTIONS FINANCIÈRES ET ÉCONOMIQUES

Mars 2024

Thème : finance et économie

MARS 2024 : ARTICLE SUR LES TRADUCTIONS FINANCIÈRES ET ÉCONOMIQUES, LA PRÉSENTATION ET L'EXPERTISE NÉCESSAIRE

Les traductions financières et économiques sont une partie importante de mon activité et ce domaine est une spécialisation qui nécessite de solides connaissances de base avec des mises à jour régulières. La finance peut se définir de différentes manières et couvre plusieurs aspects. Je vais donc présenter certains de ces aspects et donner une vue d'ensemble non exhaustive de ce domaine de spécialisation que j'affectionne particulièrement. J'ai regroupé la finance et l'économie car elles sont liées et sans vouloir rester trop théorique, l'une est nécessaire pour comprendre l'autre. En d'autres termes, la finance n'existerait pas si elle n'avait pas d'objectifs économiques, qu'il s'agisse de macroéconomie, de microéconomie ou d'économie mondiale.

Présentation du concept

D'abord d'un point de vue économique, la finance concerne la gestion des ressources financières et économiques d'une entreprise ou d'une organisation (obtention des fonds, investissements réalisés, gestion et rentabilité avec des aspects variés comme la gestion de la trésorerie, des risques financiers, des investissements, des capitaux propres et de la dette). Mais, elle peut aussi concerner les marchés financiers et s'intéresse à d'autres acteurs qui sont des investisseurs qui achètent et vendent des titres financiers (par exemple les actions, les obligations, les devises, les matières premières, etc. avec des aspects comme notamment l'analyse technique et fondamentale, la gestion de portefeuille et des risques de marché). Ensuite, la finance internationale concerne les transactions financières entre pays et des acteurs qui dans ce cas sont des entreprises et des gouvernements qui obtiennent des fonds, pour les investir et les gérer à l'échelle internationale (les aspects couverts sont par exemple le taux de change, le risque de change, le financement international, etc.). Enfin, la finance publique concerne la gestion financière des gouvernements et des administrations publiques. (Source : https://agicap.com/fr/glossaire/finance-definition/)
Le point commun de ces différents secteurs financiers est le financement afin de fournir ou trouver l'argent ou les produits financiers qui seront nécessaires à la réalisation d'une opération économique. La finance est donc un transfert de capitaux des agents économiques excédentaires (qui disposent par exemple d'une épargne à faire fructifier) aux agents économiques déficitaires qui en ont besoin (pour se financer, croître, etc.). La finance est un système avec des opérations financières qui permettent cet échange (offre et demande de capitaux, spéculation, etc.). Les marchés utilisés sont soit des marchés organisés (bourses) où s'échangent des actifs financiers négociables et cotés, soit des marchés de gré à gré. 
Les acteurs dans le domaine de la finance sont variés : les particuliers, les sociétés non financières, les États et collectivités publiques, les institutions de placement, les intermédiaires financiers, les agences de notation et les banques centrales. La mondialisation nécessite l'utilisation d'autres acteurs comme les banques supranationales, par exemple la Banque Centrale Européenne. Et chaque crise financière montre l'importance de la finance au niveau économique (rémunération, endettement, etc.). (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Finance)

La finance d'entreprise

Comme son nom l'indique elle concerne la gestion financière des entreprises ou des organisations. Elle est centrée sur l'analyse des données financières afin de savoir par exemple si l'entreprise réalise une croissance ou non, de réaliser des investissements ou des économies, des budgets prévisionnels ou d'évaluer la rentabilité potentielle d'un ou plusieurs projets. De nombreux métiers sont associés à la finance d'entreprise comme analyste financier, auditeur interne ou externe, contrôleur de gestion, conseiller en fusion / acquisition, directeur financier, gestionnaire de patrimoine, risk manager, conseiller financier, etc. qui auront tous besoin de traductions dans leurs activités (source : https://www.esam-ecoles.com/carrieres/guide-des-metiers-de-esam/finance-entreprise).
Les d'activités sont principalement centrées sur la gestion financière, le diagnostic et la prise de décision stratégique au sein de l'entreprise et les tâches concernées sont la gestion des fonds de roulement, la surveillance de la trésorerie et l’évaluation du patrimoine de l’entreprise. Les connaissances du traducteur dans ce domaine sont très importantes afin de traduire le plus précisément possible tous les textes et documents qui y sont liés. Ces traductions sont passionnantes car elles sont vraiment axées sur une entreprise, sur sa stratégie financière et sur ses orientations. L'analyse financière permet d'identifier les opportunités, mais aussi les risques afin de faire les bons choix. En fonction du type d'entreprise, les risques concernent les fluctuations des taux de change, des taux d'intérêt, des prix des matières premières sur les marchés financiers, ainsi que des risques de crédit et de liquidité. Les nombreux outils utilisés dans ce cadre doivent aussi être traduits comme notamment les logiciels de gestion de trésorerie pour automatiser et simplifier la surveillance du flux de trésorerie, les tableaux de bord intégrés pour une meilleure visibilité des indicateurs de performance clés (KPI ou key performance indicator) avec toutes les données financières essentielles et les systèmes ERP (Enterprise resource planning) pour coordonner la la gestion de toutes les ressources et processus de l'entreprise (source : https://www.spendesk.com/fr/glossaire/finance-entreprise/). Les traductions pour les systèmes ERP (en français progiciel de gestion intégré ou PGI) requièrent également des connaissances en informatique de la part du traducteur.

Les marchés financiers

D'après l'autorité des marchés financiers (AMF), je cite, « Un marché financier est un lieu, physique ou virtuel, où les acteurs du marché (acheteurs, vendeurs) se rencontrent pour négocier des produits financiers. Il permet de financer l'économie, tout en permettant aux investisseurs de placer leur épargne. » (source : https://www.amf-france.org/fr/espace-epargnants/comprendre-les-marches-financiers/quest-ce-quun-marche-financier). Les émissions d'actions, d'obligations et d'autres titres de créance servent ainsi à couvrir les besoins en financement des différents acteurs (entreprises, État, collectivités publiques). L'émission des titres se fait sur un marché primaire notamment à l'occasion d'une introduction en bourse, d'une augmentation de capital ou d'une émission d'obligations.
Les titres sont ensuite négociés par différents acheteurs et vendeurs sur un marché secondaire.
Les marchés financiers peuvent être économiques (marchés d'actions, obligataire, monétaire, des dérivés, des devises (Forex), des matières premières, etc.), organisationnels (marchés organisés et de gré à gré, over the counter ou OTC) et selon la nature d'engagement (sur le marché au comptant et sur les marchés à terme).
Les besoins en traduction sont également nombreux et les connaissances à acquérir font du traducteur un expert spécialisé dans ce secteur. Dans le monde entier, les marchés financiers sont très nombreux et la bourse mondiale la plus importante est celle de Wall Street à New York aux États-Unis. Le Nasdaq est la deuxième plus grande bourse qui permet d’échanger les titres de nombreuses entreprises et notamment celles du secteur de l’informatique et du monde de l’internet, comme les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, les entreprises stars de la Silicon Valley californienne, source : https://www.lafinancepourtous.com/juniors/lyceens/le-financement-de-lactivite-economique/les-marches-financiers-de-quoi-parle-t-on/).
Le fonctionnement des marchés suivent des principes généraux dont le but est de parvenir à plus d'efficacité, notamment grâce à la répartition des risques qui corrige mieux les déséquilibres afin d'absorber les chocs. L'arbitrage et la spéculation permettent de réduire le risque global. Ce fonctionnement doit aussi être assimilé par le traducteur afin de garantir la qualité de ses traductions. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_financier)
De nombreux produits et fonds d'investissements alternatifs (FIA) sont proposés sur les marchés. Comme par exemple les hedge funds qui sont des fonds d’investissement d’un type particulier qui malgré leur nom (une des traductions possibles serait « fonds de couverture », mais il n'existe pas de traduction officielle pour ce terme) sont des fonds particulièrement risqués, beaucoup plus risqués que les fonds communs de placement (OPCVM). 
Ils sont peu ou pas réglementés, intéressent les clients institutionnels et utilisent des outils (produits dérivés, la vente à découvert et l'effet levier, source : https://abc-economie.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/mda_hedge_funds.pdf). Selon certains points de vue, ils pourraient déstabiliser les marchés financiers et faire courir des risques, mais ils sont très rentables pour les investisseurs et leur part sur les transactions est significative sur de nombreux marchés.
Les fonds indiciels cotés (ETF, Exchange Traded Funds ou trackers en anglais) permettent d'investir sur des marchés entiers avec un seul titre. À la différence des hedge funds, ils sont des OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) cotés en continu en bourse. Ainsi, ils reproduisent simplement un indice de marché à l’identique et peuvent être négociés à tout moment en bourse, comme une action ou d'autres classes d'actifs. Ils concernent les investisseurs privés grâce à leur moindre coût et leur diversité. (Source : https://www.boursorama.com/bourse/trackers/).
Les deux types d'OPCVM sont les SICAV (sociétés d’investissement à capital variable) et les FCP (fonds communs de placement) dont la principale différence est avant tout juridique. Depuis l'entrée en vigueur de la directive AIFM sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif, le terme OPCVM ne s'applique plus que pour les fonds conformes à la directive européenne et les autres fonds sont des fonds d'investissement alternatif (FIA). (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisme_de_placement_collectif_en_valeurs_mobili%C3%A8res).
Les OPCVM sont réglementés par l'AMF (Autorité des Marchés Financiers).
Tous ces produits et placements doivent être connus du gestionnaire de fortune, comme le conseiller en gestion de patrimoine, qui gère le patrimoine de ses clients. Leur expertise est importante en matière financière, juridique et fiscale, et ces acteurs du monde de la finance ont aussi des besoins larges et variés en matière de traduction.

La finance internationale

Elle concerne les flux de capitaux entre les pays comme par exemple les paiements internationaux, les transferts de revenus et les mouvements de capitaux entre plusieurs pays. La mondialisation a engendré une augmentation significative de ces flux en raison de transactions sur les marchés financiers globalisés. Les variations des cours du change se répercutent sur l'économie d'un pays car elles concernent la valeur de ses échanges commerciaux (prix des importations et des exportations), ainsi que la valeur des titres financiers domestiques et donc son financement international. En effet, la finance internationale comprend plusieurs aspects comme par exemple le taux de change, le risque de change, le financement international, etc.
Le taux de change peut être fixe (la banque centrale est chargée d'établir la valeur de la monnaie et intervient dans le marché des changes) ou flexible (loi de l’offre et de la demande). La balance des paiements est le solde de toutes les transactions économiques d’un pays avec le reste du monde (total pour un pays des importations et des exportations de produits, biens et services et des transferts de capitaux, source : https://lesdefinitions.fr/finance-internationale).
En raison de sa portée internationale, ce secteur varié de la finance présente de nombreuses opportunités pour les traducteurs spécialisés. Des connaissances spécifiques sont requises en matière de règles du système monétaire international (SMI) qui régit les échanges de capitaux entre les pays qui ont des devises différentesLe SMI se base sur la convertibilité des monnaies, des régimes de change (flottant, fixe ou intermédiaire), les règles et les mécanismes assurant la fourniture de liquidités en devises en cas de besoin, une coopération internationale pour chercher à éviter les guerres de changes et une surveillance internationale pour prévenir d’éventuels mouvements spéculatifs excessifs (source : https://abc-economie.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/eeb_smi.pdf).

La finance publique

Ce type de finance concerne un pays, en France nous parlons plutôt de finances publiques au pluriel, est un domaine qui pour un traducteur avec une langue cible française nécessite peu de besoins en traduction. Pour d'autres pays, ce secteur peut nécessiter une version française.
Elle se définit pour la France, selon les publications du gouvernement par, je cite : « Les finances publiques regroupent les recettes et les dépenses de l'État, des collectivités territoriales, de la protection sociale et des organismes publics. » (source : https://www.economie.gouv.fr/cedef/finances-publiques-sources-information).
La finance publique internationale quant à elle nécessite régulièrement des traductions de documents. Elle concerne les circuits et flux financiers liant les États souverains qui peuvent coopérer en matière de finances publiques. Une des coopérations les plus connues est l'aide publique au développement (APD).
Les autorités monétaires (banques centrales) passent des accords entre elles et utilisent souvent les obligations des trésors publics des autres pays ou zones monétaires comme support de leurs réserves de change. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Finance_publique_internationale)

Le FMI

Pour conclure, dans ce contexte financier et économique, je trouve important de s'intéresser au fonds monétaire international (FMI ou International Monetary Fund, IMF en anglais). C'est une institution internationale regroupant 190 pays, dont le but est de, je cite, : « promouvoir la coopération monétaire internationale, favoriser l’expansion du commerce et de la croissance économique, et décourager les politiques économiques susceptibles de nuire à la prospérité. » (source : https://www.imf.org/fr/About/Factsheets/IMF-at-a-Glance). Il assure aussi la stabilité du système monétaire international (SMI) et la gestion des crises monétaires et financières. Il est financé selon un système de quotes-parts et l'engagement financier de chaque pays est revu tous les cinq ans. En 2022, le plus gros contributeur était représenté par les États-Unis. Il accorde des crédits aux pays avec des difficultés financières qui menacent son organisation gouvernementale, la stabilité de son système financier (banques, marchés financiers) ou les flux d'échanges de commerce international avec les autres pays. 
En plus de son rôle que le traducteur spécialisé doit connaître, le site Web du FMI est une source non négligeable d'informations sur l'économie mondiale régulièrement mises à jour qui sont indispensables pour suivre l'actualité dans ce domaine. De nombreuses données peuvent aussi être consultées et comparées notamment sur l'économie mondiale, l'Afrique Subsaharienne, le moniteur des finances publiques, la dette sur le site Web du FMI. De nombreuses publications sont mises en ligne et mises à jour régulièrement dont une très importante sur les perspectives de l'économie mondiale.
J'utilise également les sites Web de la presse économique et financière française et internationale, comme Les Echos, La Tribune, The Wall Street Journal, Businessweek, Forbes, WirtschaftsWoche, Frankfurter Allgemeine Zeitung et bien d'autres encore au fil de mes recherches ou simplement pour me tenir informée dans mon domaine de spécialisation en constante évolution.

Traduction financière
Traduction économique
Bourse
Régulation des marchés financiers
Hedge funds
Fonds de placement
Actions
Obligations
Gestion de patrimoine
Gestion de fortune
Haut rendement
Fonds spéculatifs
Autorité des marchés financiers (AMF)
Risques financiers
FMI
ETF
OPCVM
SICAV
Fonds commun de placement
Fonds d'investissement alternatif

Stéphanie Cordier   -   Traductrice   -   Translator   -   Übersetzerin

Free AI Website Builder